Rallye de la Chatâigne 08

Publié le par Antoine PRETIN

Quand la victoire ne tient qu’à un fil…

 

Le week-end du 8 novembre se déroulait le 37ème rallye de la Châtaigne. Même si notre envie de bien terminer était présente, la chance l’était moins…

 

Avec seulement 57 équipages à prendre le départ de ce magnifique rallye, nous allions nous battre avec les 8 concurrents de notre catégorie tout au long de cette journée. Dès le matin, les routes sont grasses et le brouillard est présent sur le morvan. On décide de partir en slick et de ne pas mettre les pneus pluie par peur d'être moins bien au bout des 24km de chrono de la 1ere spéciale.

 

Les routes du Morvan, pas simple…

 

Es1: On part dans le but de voir s’il est possible de faire un « coup » pour ce dernier rallye que l'on affectionne. Au bout de 3 virages, je me fais une chaleur, l'auto glisse, pas possible de prendre un appui. Je me refais une chaleur avant le village de Larochemilay, Olivier me dit que je me traîne (c'est la première fois qu'il me dit ça) mais rien à faire, l'auto est sur des œufs. Dans la partie rapide, je vois un commissaire courir sur la route, je commence à me dire "qui cherche t il ?" deux virages après, je vois l'auto du pilote partant juste devant moi dans le trou......et je me dis : « fais attention de pas y aller aussi......... » Vers la fin de la spéciale, je lâche un peu les chevaux mais je me dis que le rallye est foutu et que j'ai dû perdre beaucoup de temps sur ce premier chrono.

Avant le départ de la 2, on fait le point et on se rend compte que l'on n’est pas ridicule avec le 3ème temps à 4,7s du premier et moins d’1 seconde du deuxième.

Pour l’es 2, on part sur un bon rythme mais on se calme au bout de 3km quand je vois un copain dans le trou, ça me refroidit un peu mais je me remets à l'attaque. Cependant, on revoit des commissaires courir à la recherche d'une auto, je me dis qu’elle ne doit pas être loin, et oui, une Ax gti est sur le toit au milieu de la route, et nous passons au ralenti pour ne pas la toucher.

A la fin de la spéciale, on ne sait pas trop si on a fait un bon temps mais on nous confirme que l'on reprend la première place.....ouf.......

 

Après un passage par l'assistance où on se fait tirer les oreilles par un juge de fait qui nous accuse d'avoir chauffer les pneus avant d'aller à l'assistance le matin, et nous dit qu'il nous a fait des appels de phares.........après on s'est rappelé que quelqu'un nous avait fait des appels, on croyait le connaître ou on pensait qu'il y avait le radar..............

 

 

Plus que d’habitude…

 

Es3: Je pars sur un bon rythme, l'auto marche bien, c'est moins piégeur et plus ça va, plus je dégoupille. Au bout de 15 km, je vois au loin une voiture passer............je rattrape la voiture qui partait devant moi, j'essaye de ne pas y penser mais arrivé en haut du col je me retrouve à son pare choc, et là c'est la catastrophe. Je fais des appels de phares, je crie dans l'auto...mais rien n’y fait, il ne me voit pas. Au bout de 2 km je pense à lui mettre un coup de pare choc mais pas facile à faire, en plus il manque de se sortir devant nous.........on prend la terre sur le pare-brise....et au bout d'un moment..........ouf il nous voit et nous laisse passer, le problème, c'est que je suis déconcentré, je regarde dans mes rétros à chaque freinage pour voir où il est ...........vive le circuit.

Je termine les deux derniers km sur une bonne attaque mais je suis énervé.

On fait le deuxième temps à 5 secondes du premier qui nous repasse devant au classement.

Pour la 4ème, on repart après 1h d'interruption suite à une grosse sortie de route, je ne suis pas dans le coup, les pneus ne chauffent pas et je prends 7 secondes sur 9 km, dommage. Cependant nous faisons un énorme trou avec le 3ème, cela nous assurant une deuxième place. 

On rentre à l'assistance, on fait le point avec l'équipage que l'on a suivi et doublé et qui ne m ‘a pas vu du tout....je ne leur en veux pas car je ne pensais pas les doubler sur 24km...mais on se met d'accord pour la suite.

 

 

Un fil suffit…

 

ES5: On arrive à obtenir 2 min de plus avec l’équipage partant devant nous. On commence très fort, je pense que le temps va tomber, on est plus vite partout, tout va bien jusqu'au moment où c'est la cata...........le moteur se met à tourner sur 2 cylindres. On fait 1  km pour rejoindre un lieu à public pour pouvoir avoir de l'aide, on s'arrête..... Beaucoup de gens que l'on connaît sont là, mais personne ne trouve la panne, c'est mort. Même si la voiture se remet à marcher quelques secondes, on repart au ralenti pour finir la spéciale.....

Résultat : tout est perdu et on ne trouve pas sur le coup d'ou vient le problème. On rend notre carnet, signe d’abandon officiel, le cœur serré par la déception.

On rentre la voiture au garage...

 

Le lendemain, Olivier trouvera la panne et m'annoncera que c'était tout simplement un fil coupé sur la fiche de la bobine.....rien de plus à ajouter....à part "dégoûté" !

 

Rendez-vous en 2009.

 

La saison se termine donc sur cet abandon mais avec la satisfaction de s’être battu pour la victoire. Nous aurions tellement aimé gagner la Châtaigne que cela nous laisse un goût amer, mais nous ne nous laisserons pas faire la saison prochaine.

 

Nous voulions vous remercier pour votre aide tout au long de cette saison. Votre soutien qui a été sous forme financière, matérielle ou même morale nous a énormément aidé à réaliser cette saison. Nous espérons que notre aventure rallyestique vous a séduit et que vous serez au rendez-vous pour 2009.

Tous les résultats sur : http://asamorvan.free.fr/resultats_chataigne_2008.htm

 

 

 

 

 

Publié dans Rallye

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article