1er rallye: Brionnais

Publié le par Antoine PRETIN

Du bon et du moins bon…
 
Le week-end du 28 juillet se déroulait le 29ème rallye du Brionnais, premier rallye de la saison pour nous et premiers évènements.
 
Après le passage par les vérifications administratives et techniques du samedi matin, nous étions prêts à en découdre sur le parcours très piégeur que constituait cette épreuve. La journée s’annonçait très chaude avec des températures avoisinant les 30°C à l’extérieur et près de 45° dans les voitures en fin de spéciales. Avec près de 10 mois d’arrêt, la boule au ventre se faisait sentir en voyant l’heure du départ arriver. Cependant la tension retomba rapidement avec une interruption de course de près d’1H30 due en partie à de nombreuses sorties de route.
Nous voilà donc au départ de la première épreuve spéciale. Ayant envie de comprendre l’auto, nous partons prudemment dans les premiers virages pour, par la suite augmenter le rythme. Le plaisir fut total, malgré des conditions de route très très sales, gravillons, terres, pierres arboraient les nombreux virages de la spéciale. A la fin de la  spéciale, le doute s’installait en voyant notre chrono. Partant de la première place de la catégorie N1, nous n’avions aucun temps de référence pour savoir si notre temps était correct, moyen ou mauvais.
Après être sortie de la spéciale, nous nous arrêtons pour attendre le pilote qui partait dernière nous et ainsi savoir son temps pour pouvoir comparer. Résultat 1 seconde de mieux, mais surtout devant un pilote jouant la victoire. Nous fumes vraiment contents d’apprendre la nouvelle et cela nous motivait pour la suite du rallye.
 
Nous réalisons donc le 4ème temps de classe N1 et le 59ème temps au général sur 150 partants.
 
Pour la deuxième spéciale, le tracé changeait énormément avec des routes plus larges mais avec la particularité d’avoir un revêtement se dégradant énormément du aux fortes chaleurs. Méfiance était donc le point d’ordre de cette deuxième épreuve chronométrée. Nous partons donc avec un rythme léger pour éviter les nombreux pièges. Cependant tout au long de la spéciale, mon esprit disait : « Tu es trop lent… ». En effet, chose due, chose promise, un  chrono moyen nous est annoncé à la fin de la spéciale laissant préjuger que de nombreux concurrents avaient du faire mieux que nous.
Nous réalisons donc un chrono de 3’58, soit le 7ème temps de la classe N1. Un petit peu déçus par notre prestation qui ne reflétait pas nos capacités, nous rentrons au parc d’assistance pour étudier notre plan de bataille pour le reste de la course…
 
L’expérience n’était pas là….
 
Après un court passage par la Clayette pour le changement des pneumatiques arrières qui avaient accumulés trop de gomme morte, nous nous dirigeons vers le parc de regroupement pour faire le point sur les écarts avec nos adversaires. Malgré un temps moyen dans l’ES2, nous nous retrouvons 4ème de notre catégorie à 7s de notre concurrent de devant et à 4s du pilote ayant la 5ème place. Rien n’était fait…
 
Nous décidons de repartir dans la spéciale sur le même rythme que le tour précédent sans vouloir aller chercher le diable.
Le départ se fait sur un très bon niveau, et j’essaye de gagner du temps aux endroits où je n’étais pas passé assez vite le tour d’avant. Les passages chauds s’enchaînent, le plaisir est total, les freinages sont de plus en plus tardifs et nous respirons la confiance dans l’habitacle.
 
Trop vite, c’est certainement la raison de notre erreur. A 1 km de l’arrivée, nous arrivons en 4ème vitesse dans un virage à droite plein de terre, la voiture se comporte bien jusqu’au virage gauche suivant où nous partons des 4 roues en glisse…
Chaud chaud. La voiture s’est retrouvée à 90° en glisse totale, et nous avons percuté une haie qui nous a envoyé sur les portières. Je ne pourrais pas vous en expliquer plus n’ayant pas forcément tout compris de la pirouette.
 
La déception totale avait remplacé la confiance dans l’auto. Cependant, nous n’étions pas forcement dans une posture agréable et il fallu vite trouver une solution pour ne pas rester au milieu de la route.
Des spectateurs arrivèrent rapidement pour nous remettre sur les roues, cependant, n’étant que 3 et après quelques essais à nous secouer dans l’auto, nous décidons de sortir de la voiture et ainsi la remettre sur les roues. Dans notre malheur, nous avons eu un poil de chance car le pilote partant juste derrière nous, a abandonné sur problème mécanique quelques virages avant, nous laissant plus de temps avant qu’une voiture n’arrive sur le lieu.
La voiture sur les roues, nous sommes remontés dedans, dans la panique, pour rejoindre tant bien que mal l’arrivée et ainsi sortir de la spéciale.
 
Bilan de l’opération.
 
La voiture roule encore, mais la carrosserie a subi quelques modifications, et le train arrière n’est plus tout à fait dans l’axe de la route.
Après un petit bilan, clignotant, aile avant, porte, vitre latérale, aile arrière et demi train arrière sont au programme des réparations.
 


Grâce à notre sponsor la carrosserie Rousseau, la voiture est déjà en réparation. Il nous restera plus que le changement du demi-train arrière et quelques réglages pour être présents le 27 juillet au rallye régional de Matour.
Cette mésaventure nous oblige a ne pas pouvoir participer au rallye de la côte chalonnaise qui faisait partie de notre calendrier, mais pour des raisons de délais, il n’était pas forcement très simple de faire cette épreuve dans de bonnes conditions.
 
Rendez-vous à la fin du mois de juillet pour confirmer notre pointe de vitesse tout en gardant une marge suffisante.
A bientôt…

Ci dessous une caméra embarquée de la premiere speciale du rallye avec quelques autres images de ce rallye.
Bon visionnage.

Publié dans Rallye

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article